Obtenir un bon rendu 3D demande une grande connaissance pluridisciplinaire. Sa complexité (quand on souhaite obtenir un bon résultat) rend la tâche délicate et il n’est pas rare d‘oublier certains détails. En suivant ces 9 étapes, vous réaliserez des visuels qui feront toute la différence.

Comment améliorer son rendu 3D

Ça fait des heures que vous travaillez sur votre fichier 3D. Vous êtes sur le point de lancer votre rendu. Mais avant ça, vous vérifiez que tous les paramètres soient corrects. Tout semble en ordre. Il serait dommage de lancer plusieurs heures de calculs pour rien, n’est-ce pas ?

Joyeusement, vous lancez votre rendu 3D et attendez patiemment que l’ordinateur vous livre LE visuel parfait.

Et là, c’est la désillusion. Rien ne va. Les lumières sont fades. Vos objets font faux. Bref, c’est plat. Votre visuel manque de relief et vous ne tromperez personne, ce n’est pas assez réaliste.

Pourtant, vous êtes sûr d’avoir tout bien réalisé. C’est forcément la faute de votre moteur de rendu. Vous vous lancez sur internet à la recherche d’un meilleur outil parce que vraiment… Ce n’est plus possible.

Et bien on a une mauvaise nouvelle.

Le problème ne se trouve pas là.

Mais on a aussi une bonne nouvelle.

Ce n’est pas grave, car nous allons vous aider !

Peu importe le moteur de rendu 3D que vous utilisez, ce qui compte vraiment, c’est l’interprétation de l’image qui en ressort. (Bien sûr, il existe des moteurs plus performants que d’autres selon les besoins, mais nous ne nous attarderons pas sur le sujet ici).

Dans le monde de l’infographie, tous les projets nous poussent à réaliser des rendus 3D. Bien que nos conseils puissent s’appliquer dans différentes situations, ces derniers s’identifieront le plus souvent à des rendus 3D d’architectures.

Bien évidemment, les problématiques sont nombreuses lorsqu’on s’aventure dans la 3D. On pourrait presque dire que chaque projet possède des problématiques uniques. Bien qu’importants, les conseils que vous découvrirez à la suite de cet article ne sont pas exhaustifs. Pourtant, en les appliquant et en prêtant une attention particulière à votre scène 3D, cela pourrait vous faire gagner un temps précieux.

Pour aborder ces étapes, nous distinguerons deux notions différentes mais complémentaires. Une partie technique et une partie artistique. Vous découvrirez comment lier ces deux visions vous permettront d’améliorer grandement la qualité de vos rendus 3D.

Vous êtes prêt ?

C’est parti !

Lire aussi : Studio d’effets spéciaux : comment choisir le bon

La technique

Apportez du détail à votre modélisation 3D

Et là, vous allez me dire « Oui mais j’ai ajouté des coussins sur le canapé, j’ai pensé aussi à mettre une revue sur la table du salon juste à côté de la télécommande. Je ne vois pas trop ce qu’on peut ajouter de plus… ».

Non. Ce n’est pas de cela que l’on parle.

Regardez votre rendu 3D. Et maintenant, regardez autour de vous. Il y’a une différence hein ?

Tout ce qui semble insignifiant à première vue est souvent sujet à l’oubli quand on passe à la pratique. Pourtant, c’est fondamental si vous souhaitez apporter du réalisme à votre scène 3D.

Des exemples ? Il peut y en avoir une multitude. Les joints de fenêtres, les poignées ou les gonds de vos portes, les plinthes en bas des murs, les coins de vos meubles…

Pour aller encore plus loin. C’est une logique similaire lorsqu’un infographiste 3D travaille sur un film d’animation dévoilant un univers qui se veut « réaliste ». Si on est autant bluffé par la qualité des productions actuelles, Ce n’est pas pour rien. C’est parce que tout est étudié en conséquence.

Oui, chaque détail compte.

Le monde réel est rempli d’imperfections, ne l’oubliez pas pour votre rendu 3D

Vous voulez savoir ce qui manque dans vos rendus 3D pour faire la différence ?

De la vie.

On en revient au niveau de détails du point précédent.

Pour avoir des visuels réalistes, il faut penser réaliste. Il n’y a pas de secret.

Vous modélisez l’intérieur d’une maison ? Pensez à ajouter quelques défauts de peintures sur les murs, des traces de doigts sur vos verres ou vos écrans, de la poussière un peu partout (même sur les roulettes de votre chaise de bureau)…

Un carrelage ? Apportez-lui un aspect granuleux (ce n’est jamais totalement lisse un carrelage voyons)

Un peu de calcaire, des marques d’usures…

Vous l’aurez compris. De quoi faire une maison vivante.

Attention à vos textures

C’est un élément qui trahit souvent le réalisme de vos rendus 3D. Lorsqu’un visuel est plutôt bien exécuté et réaliste, il n’est pas rare que les textures nous permettent de définir si oui ou non, nous sommes devant une réelle photo.

C’est compliqué, mais il est important d’éviter au maximum les répétitions de vos textures.

améliorer ses textures 3D

Une notion qu’il est utile de rappeler : utilisez toujours des textures répétables. (Le genre de textures où on ne distingue pas les bords de l’image en cas de répétition)

Egalement, préférez une échelle relativement haute pour « plaquer » vos textures. En utilisant des formats trop réduits, les répétitions seront plus détectables.

Maîtrisez les reflets sur vos matériaux

Jusqu’ici, vous avez pensé à tout. Vous avez travaillé les détails de votre scène, vous avez affiné vos textures. Mais rien n’y fait. Il manque toujours un petit quelque chose.

Les reflets.

Maitriser ce point clé est très compliqué mais ô combien important. Et cela ne se fait pas à l’œil de l’artiste. Il faut y prêter une attention particulière.

Absolument tous vos objets et leurs matériaux sont sculptés par les réflexions de lumières. C’est ce qui apporte le plus de réalisme à votre image.

Intéressez-vous aux reflets sur les différents matériaux. Pour cela il est nécessaire d’étudier tous les états de surfaces de vos objets. Avez-vous du marbre ? Du verre ? De l’aluminium ? Du plastique ? Du bois ?

Chacun de ces matériaux réagira à la lumière de façon différente. Avec une bonne analyse, vous pourrez définir si vous devez déposer des reflets brillants, satinés ou mâts sur vos objets 3D.

Améliorer reflets 3D

L’artistique

Nous venons d’apporter toutes les étapes techniques importantes à ne pas négliger pour réaliser un bon rendu 3D. Cette partie, qui se veut plus artistique, est au jugement de chacun. Nous ne prétendons pas apporter « la » marche à suivre. Pourtant, il nous semble tout de même important de ne pas exclure certains choix artistiques.

Les matières reflétantes

Et là, vous vous dites, quelle différence avec le point précédent ? Il est important de bien comprendre la nuance ici.

Cette étape vise à vous faire prendre conscience de l’importance des matières reflétantes dans votre rendu 3D. (On parle ici principalement de métal, de cuivre…).

Les objets métalliques tirent toute leur finesse dans les reflets qu’ils rejettent. Si rien ne se reflète dessus, leur aspect deviendra « plat ».

Améliorer ses reflets métalliques 3D

Un conseil, n’hésitez pas à jouer sur des scènes contrastées. Cela rendra vos visuels 3D plus agréable à regarder.

Placez bien vos sources de lumières

Sans dégrader la technicité de votre rendu 3D, une mauvaise maitrise de vos sources de lumières peut avoir une incidence néfaste sur l’aspect de votre visuel.

Pour éviter ce genre de déconvenue, ne placez jamais (sauf réelle nécessité) votre lumière principale dans l’axe arrière de la caméra. Cela aura pour effet d’aplatir complètement les reliefs du visuel en supprimant les ombres.

Les ombres jouent un rôle primordial dans la construction de votre ambiance visuelle, ne l’oubliez jamais !

Le cadrage

Le cadrage de vos scènes 3D dépendra principalement de la situation. Et celui-ci doit toujours être réfléchi !

Si vous travaillez sur un rendu 3D d’architectures (surtout des intérieurs), veillez à placer votre caméra à taille humaine (1m70 environ). Cela permet d’appréhender plus simplement l’espace. Bien évidemment, si vous souhaitez réaliser une vue aérienne du bâtiment, cela reste possible. Le tout est de veiller à ne jamais être trop haut ou trop bas de votre objectif.

Mais prenons l’exemple d’un film d’animation 3D pour lequel vous devez réaliser un rendu. Si votre scène comprend un personnage qui souhaite être intimidant et s’imposer, vous le cadrerez très souvent en contre-plongée pour appuyer ce sentiment. A contrario, pour un personnage intimidé, vulnérable, vous userez d’un cadre en plongée.

De nombreuses solutions sont bien évidemment possibles. C’est un jugement artistique avant tout. Mais comme indiqué précédemment, votre cadre est à réfléchir longuement avant de vous lancer.

Structurez bien votre composition

Pour cette étape, nous évoquerons ce qu’on appelle la composition artistique.

La construction de votre image est importante pour l’harmonie de l’information. Veillez toujours à ce que chaque plan soit identifiable.

Vous devez mettre en avant l’important de ce qui ne l’est pas sans pour autant laisser de côté l’harmonie générale de votre rendu.

Pensez à retoucher votre rendu 3D

Nous y sommes. Dernière étape à respecter pour réaliser de meilleurs rendus 3D. Nous aurions pu évoquer ce point dans la partie technique mais demandant un certain coefficient artistique pour être bien exécuté, nous sommes sûrs que vous ne nous en tiendrez pas rigueur.

Vous avez suivi toutes les étapes de l’article pour améliorer votre rendu 3D. Et ça y’est. Vous voyez enfin le bout du tunnel.

Pas tout à fait.

Pour apporter le petit plus qui fera la différence, il faut travailler une dernière fois sur votre rendu en « post-processing ». Lui apporter la dernière touche de réalisme.

Plus vulgairement, cela consiste à retoucher votre scène finale à l’aide de logiciels tiers.

En effet, bien que de plus en plus performants, les logiciels de rendus ne sont pas encore véritablement efficients pour calculer certaines informations et rallonge sensiblement la durée de calculs.

Parmi celles-ci, il y’a les effets d’éclats ou de scintillements dus à la lumière, les aberrations chromatiques, les déformations de lentille ou encore les profondeurs de champs…

Attention cependant à ne pas abuser de ce genre d’effets. Ils servent principalement à ajouter des « défauts » réalistes. Leurs sur-utilisations provoquent tout l’inverse.

post-processus

Une dernière chose…

Comme dans tout domaine, il faut être patient pour créer des rendus 3D réalistes. Vous êtes toujours confronté à une problématique de temps qui vous empêche de produire la meilleure qualité possible. Pourtant, votre appréhension du détail fera toute la différence sur votre visuel.

N’oubliez jamais que votre rendu doit être sexy et apporter une réelle ambiance. Si ce n’est pas le cas, et que vous n’êtes pas pleinement satisfait, c’est qu’il vous reste encore du travail.

Pour toutes questions, contactez-nous !