Combien de fois ces mots ont raisonnées en vous : « Mais je ne peux pas. Je n’ai pas prévu autant d’argent pour ça !». Il n’y a rien de plus désagréable. Vous passez des journées entières à calculer chaque dépense pour finalement entendre que vos idées ne prendront pas vie, ou peut-être pas comme vous l’imaginiez. Pour éviter ça avec votre budget VFX, il est important de se poser les bonnes questions !

Aliena

C’est difficile de prévoir les dépenses liées aux effets spéciaux, n’est-ce pas ?

A la lecture du script, vous discernez vaguement ce qu’il vous faut mais au moment de trouver un chiffre cohérent, c’est le vide intersidéral dans votre esprit. Alors vous estimez le montant qui vous arrange en espérant éviter la casse. Vous êtes déterminé. Peut-être même que vous vous dites :

« De toute manière, j’en sais rien, j’ai déjà budgétisé tout le reste du film, il ne reste que ça. Donc c’est ça et rien d’autre ».

C’est (presque) normal et ce n’est pas de votre faute. Les seuls repères dont vous disposez se limitent aux montants gargantuesques affichés par les blockbusters américains.

Nous ne sommes pas dans le même monde.

Prenons un exemple récent.

Un film comme Avengers : Infinity War, qui en passant, est devenu l’un des films les plus chers de toute l’humanité, a demandé un investissement stratosphérique total de 320 millions de dollars.

Dépassant allégrement 2500 plans truqués, plus de la moitié de cet argent s’est englouti dans les effets spéciaux.

C’est colossal. Mais pas inhabituel.

Thanos

Crédits : MARVEL

Le budget VFX de ce genre de film représente souvent entre 1/5 et ½ du montant de l’enveloppe globale. Un seul plan vaut à lui seul entre 10.000 et 60.000 dollars en moyenne.

N’écarquillez pas les yeux. Ça représente des dizaines de personnages et environnements, des milliers d’explosions, des milliards de particules… Ce travail titanesque, ce sont des centaines d’artistes VFX qui les font vivre.

Tout est méticuleusement calculé.

Mais qu’en est-il de vous ? Vous n’en demandez pas autant et n’avez certainement pas le temps de vous triturer le cerveau avec toutes ces questions. C’est déjà tellement difficile de trouver le budget suffisant pour vous lancer alors une fois acquis, vous faites en sorte de contenter tout le monde avec une répartition équitable.

Du coup, vous voulez les mêmes effets spéciaux que les films gros budgets, mais sans le gros budget.

C’est impossible.

Par contre, aujourd’hui, même les plus petits budgets peuvent avoir accès à une certaine qualité. C’est génial, car ce n’était pas le cas il y a 10 ans.

Comprendre comment sont facturés les effets spéciaux équilibre bien mieux votre budget entre les différents postes de dépenses.

Malheureusement, les producteurs et réalisateurs prennent trop souvent le pari de budgétiser les VFX avant même de contacter un studio d’effets spéciaux pour passer à l’action.

Le problème, c’est qu’il existe 99% du temps un réel décalage entre les besoins du scénario et le budget prévu.

C’est très souvent là que la première phrase de l’article rentre en jeu. Rappelez-vous. Vous n’aviez pas prévu assez d’argent pour ça. Vos ambitions viennent de prendre un sacré coup mais il faut tout de même sortir le film.

Pour éviter ça, la solution est toute simple. On ne vous le répétera jamais assez mais il faut que vous approchiez un studio d’effets spéciaux, même si le script du film n’est pas totalement terminé. Le superviseur VFX pourra vous conseiller sur le développement de l’histoire et répondre à toutes vos questions sur la production des effets spéciaux. C’est peut-être même LA seule chose à faire avant de commencer à budgétiser quoi que ce soit.

A ce stade, vous aurez une idée approximative de l’argent à investir pour créer vos idées mais l’avantage, c’est que vous n’avez aucune obligation. Il sera toujours temps d’apporter les modifications nécessaires.

Pour vous aider, voici 7 questions que vous devez vous poser pour définir une bonne fois pour toutes votre budget VFX.

1. Quel budget maximum suis-je prêt à dépenser pour les effets spéciaux ?

Vous avez un budget. Et quoi qu’on en dise, celui-ci n’est pas extensible. Avant même de songer aux effets spéciaux, faites le point sur les dépenses obligatoires du projet et définissez ensuite l’argent que vous seriez prêt à investir dans les VFX.

Quelles places prennent-ils dans votre histoire ?

Un scénario de science-fiction imaginé dans un univers imaginaire fourmillant de détails avec des personnages surnaturels n’aura pas le même poids sur votre budget qu’un film romantique ou comique.

Voici une petite astuce pour estimer approximativement l’argent dont vous avez besoin.

Une minute d’images avec effets spéciaux demande, en moyenne, un investissement 2 à 5 fois plus important qu’une minute de film classique sans retouches. En sachant cela, et selon la nature de votre projet, vous devriez avoir une première estimation assez correcte du budget à prévoir.

2. Combien de plans VFX ai-je besoin ?

Il est très compliqué de fixer un prix précis à chaque plan. Certains vont demander un investissement de 500€ alors que d’autres peuvent atteindre plusieurs centaines de milliers d’euros.

Tout dépend du niveau de détails à afficher à l’écran. Il existe un écart considérable entre la création d’un univers complètement numérique en 3D et un simple effet de particules.

Thor : Ragnarok

Crédits : MARVEL

Chiffrer l’ensemble de vos plans VFX permet au studio d’effets spéciaux d’évaluer la quantité de travail. L’autre donnée importante concerne leur durée d’affichage, plus précisément le nombre de « frame ».

La meilleure solution étant de définir un storyboard pour les visualiser et apporter des modifications plus aisément.

3. Quelle est ma deadline ?

Vous devez absolument boucler le projet à une date précise ? Un festival ? Une échéance imposée par votre production ?

Ça influera forcément le budget VFX de votre film.

Prenons un exemple. Si la durée estimée pour créer vos effets spéciaux est de 8 semaines pour un seul infographiste 3D, est-ce suffisant ? Vous n’avez que 2 semaines devant vous ?

Il faudra donc 4 fois plus de personnes sur le projet.

La création d’effets spéciaux n’est seulement qu’une question de temps. Plus vous en aurez, plus vos images seront belles et détaillées.

Avec de petits budgets, il n’existe pas la même flexibilité car les décisions prises par les artistes doivent être plus rapides. Exclusivement focus sur les solutions, ils n’ont pas forcément le temps d’apporter toute leur créativité pour tester de nouvelles idées.

Pour éviter ça, ne soyez pas trop optimiste et prévoyez du temps pour les retours concernant les modifications ou les ajustements.

4. Qu’est-ce que j’ai besoin de créer numériquement ?

En reprenant le fil de votre scénario, listez absolument tout ce que vous pensez devoir ajouter (ou supprimer) à l’image grâce aux effets spéciaux.

Le nombre d’apparitions de chaque effet visuel aura une incidence importante sur le montant du budget VFX.

Tournez-vous dans un ou plusieurs lieux ? Une partie de leur décor est-elle numérique ? Avez-vous besoin de VFX cosmétiques ? Votre histoire tourne-t-elle autour d’un personnage fictif ou même plusieurs ?

5. Ce dont j’ai besoin en VFX semble-t-il complexe à produire ?

Cette question peut vous paraitre insensée. Vous n’avez probablement aucune idée de la difficulté impliquée par les effets visuels. L’important est tout de même d’essayer d’imaginer la complexité de l’univers que vous souhaitez projeter à l’écran.

Chaque plan est unique. Il n’y a donc pas véritablement d’effets spéciaux classifiés comme simple ou difficile. Seulement, vous pouvez vite appréhender leur difficulté selon le niveau de détails, les éléments composant l’image ou leur durée…

Ils possèdent tous leurs propres contraintes et selon les situations, ils peuvent se révéler simple ou au contraire, très difficile. Reproduire des fluides comme du sang ou de l’eau représente (le plus souvent) un énorme défi technique surtout quand il s’agit, par exemple, d’un océan déchaîné.

A contrario, enlever ou ajouter une plaque d’immatriculation d’un véhicule, une affiche sur un mur, effacer le câble des cascadeurs font partie des effets spéciaux, le plus souvent, les plus accessibles. Mais encore une fois, ce n’est pas si simple.

Life-of-pi

Crédits : Rhythm & Hues et Fox 2000 Pictures

Aussi, une créature animée en 3D est très spectaculaire mais aussi très complexe, surtout pour de petits budgets. Ça reste néanmoins possible. Il faut cependant compter précisément le nombre de plans (voire les secondes) où elle apparaitra tout en décomposant chacun des mouvements à prévoir. Doit-elle seulement marcher ? Se battre ? Escalader un mur ? Ces différents cas de figure peuvent amener leur lot de défis techniques qui influeront obligatoirement le budget VFX !

Lors du brief au studio d’effets spéciaux, soyez précis. Il y a une réelle différence entre :

« Ma créature doit traverser une partie du salon » et « Ma créature doit traverser la maison à grandes enjambées car elle est prise pour cible par une attaque extraterrestre »

6. Y’a-t-il des solutions scénaristiques et techniques pour éviter certains VFX ?

Les effets spéciaux s’imposent aujourd’hui comme un choix de facilité. Si vous n’avez pas le budget VFX pour faire tout ce que vous imaginiez au départ, ce n’est pas pour autant qu’il faut abandonner.

Vous pourriez peut-être utiliser des alternatives comme la création de costumes sophistiqués (pour un personnage surnaturel par exemple), créer un décor pour simuler un vaisseau spatial ou même un extérieur particulier.

Il est aussi possible d’user d’astuces scénaristiques où vous pouvez suggérer une action, via un dialogue de l’un de vos personnages ou un bruitage sans que vous n’ayez à montrer quoi que ce soit.

Dans tous les cas, un superviseur VFX peut vous épauler et vous conforter dans ces choix si votre budget ne permet pas de réaliser l’ensemble des effets spéciaux prévus lors de la rédaction du scénario.

7. Ai-je besoin d’un filet de sécurité ?

Oui. 10x oui.

Vous devez même le prévoir pour l’ensemble de votre production audiovisuelle. Ça semble évident pour tout le monde mais en creusant un peu, on remarque que c’est très rarement pratiqué.

En cas de surprises, de nouvelles idées ou de problèmes, ça permet d’assurer la pérennité du projet.

Pour votre budget VFX, mais aussi pour tous les autres, la meilleure chose à faire est de prévoir le pire. Peu importe l’investissement ou le temps que vous imaginez, ça ne se passera jamais comme prévu, sauf si votre estimation est large (mais c’est rarement le cas).

Prenez tout le temps nécessaire pour apporter des réponses crédibles à ces 7 questions. Elles ne vous permettront pas de fixer un prix précis de tout ce dont vous avez besoin mais elles restent néanmoins importantes et englobent l’intégralité des informations nécessaires pour briefer correctement le studio d’effets spéciaux sur votre budget VFX.

Clarifier dès le départ ce qui est important pour vous et ce sur quoi vous pouvez faire preuve de flexibilité et ainsi vous pourrez optimiser la qualité de votre projet et mieux gérer sa santé financière.

J’espère que cet article vous aidera à tirer le meilleur de vos futurs projets et mieux estimer votre budget VFX.

Lire aussi : 7 erreurs communes à éviter pour bien préparer un tournage !